7 mai 2021

Foot Breizh

Actualité du football breton

Rennes-Nantes : le service minimum

10 LUDOVIC BLAS NAN - 07 MARTIN TERRIER REN FOOTBALL : Rennes vs Nantes - Ligue 1 Uber Eats - 11/04/2021 FEP/Panoramic PUBLICATIONxNOTxINxFRAxITAxBEL

Au terme d’un derby médiocre, Rennes l’emporte grâce à un exploit de Martin Terrier.  Nantes est toujours aussi inquiétant. 

Un but qui relève le plat 
Quand Martin Terrier va, tout va pour Rennes. C’est en tout cas la tendance depuis que Bruno Genesio se trouve sur le banc Rouge et Noir. Face à Nantes, comme lors des deux succès précédents (Metz et Strasbourg), l’ex-Lyonnais s’est montré décisif. D’une superbe inspiration, une frappe enroulée depuis l’angle extérieur gauche de la surface, il a trompé Alban Lafont (54e), après avoir hérité du ballon presque par hasard, à la sortie d’un duel entre Flavien Tait et un défenseur canari. A l’aise dans cette position où il sait faire valoir le fouetté de son pied fort, Terrier a confirmé qu’il a pris la mesure de son rôle en Rouge et Noir après une première partie de saison jouée à tâtons. «C’est un geste d’attaquant, d’instinct, un but très important, encore plus dans ces moments où l’équipe avait besoin de quelqu’un pour éclaircir le match» a estimé l’attaquant. Avec six buts et six passes décisives, Terrier est l’élément rennais le plus décisif, alors que Serhou Guirassy, son binôme d’attaque dimanche, comme la semaine dernière à Reims, reste trop brouillon dans son expression, malgré son récent doublé en Champagne. «C’est le plus beau but de ma jeune carrière» a même considéré celui qui avait été présenté comme une signature «Ligue des champions» en début de saison.

RKM n’a pas répondu à Terrier
Grande révélation et seule satisfaction de la saison nantaise, Randal Kolo Muani va sans doute mal dormir après avoir manqué la balle de match, celle du point du nul, à la 92e. «Je pense qu’il aurait pu faire beaucoup mieux» a d’ailleurs considéré Antoine Kombouaré. Une frappe trop croisée alors qu’il avait été oublié sur le côté droit de la surface. Mais l’international Espoirs a encore été insuffisamment épaulé, entre un Moses Simon qui a peiné à faire la moindre différence, et la philosophie d’un système orienté sur la solidité des bases arrières. L’entrée de Kader Bamba, percutant, a tout de même permis de créer quelques brèches alors que les Canaris nécessitaient l’égalisation, mais la doublette Emond-Coulibaly entrée à l’aube du premier quart d’heure n’a pas apporté grand chose. Sans surprise, étant donné leurs états de service cette saison. Nantes s’enfonce et plus inquiétant encore, semble en panne de solutions.

Le retour de la possession stérile
Dans la conjoncture actuelle, Nantes pouvait être satisfait de sa première mi-temps, tout du moins du résultat. Car, après tout, la seule frappe cadrée avait été signée par Ludovic Blas (27e). Kombouaré a d’ailleurs apprécié ce premier acte, et a même trouvé son équipe « conquérante« , alors qu’elle a pourtant à peine dépassé les 20% de possession. De son côté, Rennes avait retrouvé son visage le plus inoffensif, celui des mauvaises semaines de la saison. Relances neutres, avec des défenseurs centraux et Nzonzi ou Camavinga sur la même ligne, et donc trop de joueurs derrière le ballon face à une équipe regroupée en bloc bas. Devant : des attaquants trop statiques, pas assez de permutations, alors que l’axe était plutôt bien défendu. Plus généralement, il y avait un manque de « spontanéité » déploré par Bruno Genesio. Le Stade Rennais semblait même plus proche de la rechute que de confirmer son regain relatif depuis l’arrivée du Lyonnais. «Sur le contenu on doit faire beaucoup mieux, a d’ailleurs reconnu le néo-coach rennais, il nous a manqué davantage de percussion dans les 25 derniers mètres, et en deuxième période on est resté à la merci d’une bonne action de l’adversaire.» Malgré tout, Rennes a assuré l’essentiel, rester dans la lutte pour la 5e place, alors que Nantes glisse doucement mais sûrement vers la L2.

Thomas Goubin

Laisser un commentaire