7 mai 2021

Foot Breizh

Actualité du football breton

Nantes souffle, Lorient souffre

Au terme d’un derby crispé, Nantes se donne de l’air en dominant Lorient (2-0). Côté Merlus, il va falloir trouver de nouvelles solutions pour éviter de s’attarder dans la zone rouge. 

C’était un match entre le 16e et le 17e de Ligue 1, et c’est à cela que la rencontre a ressemblé, avec son lot de déchet technique et de frilosité. «Gourcuffico» oblige, ce fut aussi un duel entre deux 4-4-2 compacts, où l’on peinait à desserrer l’étau de part et d’autres. Lorient y est le premier arrivé aux alentours de la demi-heure de jeu, notamment grâce à un surplus d’agressivité dans l’entre-jeu. Privé de Boisgard, suspendu, Pélissier avait lancé Laurienté, et c’est lui qui se créa la plus grosse opportunité en première période, quand il butait sur Lafont (29e), après avoir été lancé dans la profondeur par Hamel, à nouveau titularisé, alors que Grbic a dû se contenter d’une entrée en fin de match. Dix minutes plus tard, Laurienté jouait cette fois le rôle du passeur pour Wissa, qui avait gratté un ballon au milieu de terrain, avant de voir sa frappe repoussée par Lafont, décisif au Moustoir.

Bamba le libérateur

En associant Abeid à Touré dans l’axe de son entre-jeu, Christian Gourcuff avait en quelque sorte annoncé la couleur. Le bâtisseur du club morbihannais misait sur un surplus de muscle. Chirivella verrait d’ailleurs toute la rencontre depuis le banc, mais c’est pourtant le pur produit de la Jonelière qui a finalement fait la différence techniquement d’une ouverture pour l’entrant Kader Bamba, à la place d’un Marcus Coco décevant. L’ex de la Réserve croisait parfaitement sa frappe et trompait Paul Nardi (81e). La rencontre basculait sur pas grand chose, puisque les Lorientais pouvaient s’estimer léser alors que trois minutes plus tôt Yoann Wissa s’était vu barrer le chemin du but par un sandwich apparemment illicite de Pallois et Abeid. Lorient avait aussi tapé sur le poteau via Marveaux (72e), qui venait de remplacer Moffi. Un manque de réalisme qui explique aussi le revers des locaux.

Mais la victoire des Canaris récompense finalement leur meilleure deuxième période, où les éléments offensifs nantais se se sont montré plus mobiles. Maladroit au début du second acte (centre manqué à la 52e, frappe qui s’envolait à la 54e), Blas a finalement retrouvé toute sa justesse pour sceller l’affaire. Lancé par Kolo Muani, qui repiquait dans l’axe après être parti du couloir droit, il dribblait Nardi avant de glisser le ballon dans un trou de souris (83e). Ce but était synonyme de trêve internationale sereine pour Nantes, même s’il reste du pain sur la planche à Gourcuff, alors que Lorient, 17e et égalité de points avec le premier relégable, va devoir à nouveau trouver des solutions. Car le 4-4-2 adopté par Christophe Pélissier depuis la victoire à Reims a certes permis de se structurer, de se rassurer, mais il faudra davantage de force créative aux Merlus pour s’éviter de passer leur saison dans les bas-fonds de la Ligue 1.

Thomas Goubin

Laisser un commentaire