21 juin 2021

Foot Breizh

Actualité du football breton

Forte tête, Rennes renverse Brest

Longtemps laborieux, Rennes a renversé Brest (2-1) grâce à ses défenseurs centraux. 

Dans l’adversité, Rennes a su trouver des raccourcis pour renouer avec la victoire. Dos au mur après l’ouverture du score d’Honorat (57e), le SRFC s’en est remis à la tête de ses défenseurs centraux, Da Silva (66e), puis Aguerd (70e), et à des corners bien tirés par Del Castillo puis Bourigeaud. Une efficacité sur coups de pieds arrêtés qui tranchait avec la copie approximative rendue jusqu’à là par des Rouge et Noir pas assez mobiles ou habiles, quand ce n’était pas les deux. Mais Rennes n’a pas marqué un tiers de ses buts sur CPA par hasard, et a même été à deux doigts de tripler la mise sur un corner en toute fin de match (88e) quand Guirassy voyait sa tête repoussée sur la barre par Larsonneur.

Avec le but d’Honorat, Brest était parvenu à trouver ce qu’il était venu chercher, mais à force de subir, les Finistériens ont fini par céder. Avec les titularisations de Cardona et Honorat, de retour en grâce, Dall’Oglio misait sur la vitesse de ses deux attaquants pour prendre Rennes dans son dos, une option stratégique qui avait, par exemple, réussi à Angers, lors du dernier match au Roazhon Park. Repositionné dans l’entre-jeu, Faivre devait lui faire office de rampe de lancement, même s’il s’est montré bien moins influent ce rôle que quand il évolue un cran au-dessus. Le piège posé par Dall’Oglio s’est au final refermé sur ses hommes quand Rennes a pris les devants et que les Finistériens ne sont pas parvenus à répliquer, sauf sur une frappe de Le Douaron (79e) qui venait d’entrer en jeu.

« Un petit tournant »

C’était un match charnière pour les deux équipes -« un petit tournant » a même estimé Stéphan- mais c’était aussi une rencontre entre deux convalescents. Et cela s’est senti. Tout n’était pourtant pas à jeter. Avec Camavinga (forfait) et un Bourigeaud prudemment mis sur le banc après être sorti sur blessure face au FC Séville, Julien Stéphan avait posté Siliki, intéressant par son impact mais trop imprécis, aux côtés de Nzonzi. Dans l’axe de l’attaque, l’association Guirassy-Terrier, ce dernier plus en retrait, a exhibé une certaine complémentarité, avec l’ex-Amiénois dans le rôle du pivot et l’ex-Strasbourgeois habile entre les lignes. Positionné à gauche, Doku s’est, lui, montré plus influent, grâce à sa capacité à repiquer dans l’axe, mais à l’opposé, Del Castillo a peiné à éliminer, même si l’ex-Lyonnais, outre son corner, était à l’origine de la seule occasion de la première période, quand il remisait sur Terrier, à l’entrée de la surface, dont la frappe trouvait la barre (25e).

Pour Brest, l’hémorragie ne s’est finalement pas arrêtée. Après les six buts encaissés face à Nantes et Strasbourg, les Finistériens voulaient «se rassurer», dixit Brendan Chardonnet, plutôt convaincant dans l’axe aux côtés de Jean-Kevin Duverne, alors que Christophe Hérelle était forfait. «Ces corners nous bouffent le match, regrettait Dall’Oglio, on manque de détermination, de vice, on pensait que ces problèmes étaient réglés depuis Marseille, mais il va falloir travailler». Frustré, ODO a plutôt apprécié le comportement général de son équipe, mais se montrait toutefois assez réservé sur la prestation d’un M’Bock, qui avait l’opportunité de se placer comme meilleur suppléant de Diallo, avec cette première titularisation de la saison. «Il a besoin d’enchaîner les matches, de passer un cap, estimait ODO, il a ce potentiel athlétique, mais il a besoin de mûrir pour s’élever.» Pour ramener au moins un point d’Ille-et-Vilaine, les intentions a minima de Brest ont toutefois bien failli suffire, même si après le deuxième but rennais, ce sont les locaux qui se sont créé une foule d’occasions. Avec ce succès, les Rouge et Noir sont assurés d’être placés dans le trio de tête pour la neuvième journée de rang. Brest, lui, s’enfonce dans la deuxième partie de tableau.

Thomas Goubin

Laisser un commentaire