9 mars 2021

Foot Breizh

Actualité du football breton

Faut-il s’inquiéter pour le Stade Brestois ?

A l’issue de la 6ème journée, une certaine unanimité régnait parmi les suiveurs du club finistérien : le maintien ne devrait être qu’une formalité. Deux journées et deux défaites plus tard, le discours est totalement inverse et un certain catastrophisme pointe déjà le nez. La réalité se situe probablement entre ces deux postures.

Tout d’abord, un constat : le Stade Brestois 29 a un effectif globalement cohérent, avec des joueurs qui devraient jouer bien plus que le maintien dans les années à venir. Nous pensons évidemment à ceux qui brillent en ce début de saison (Romain Perraud, Romain Faivre, Steve Mounié…) mais aussi à ceux qui sont plus en difficulté (Gautier Larsonneur, Jean-Kévin Duverne, Haris Belkebla…). C’est un luxe dont ne disposent pas certains concurrents, et c’est surtout un motif d’espoir pour la suite de la saison. En effet, si les Bretons ont pu faillir collectivement à deux reprises cette saison (déplacements à Nîmes et à Nantes), ce sont essentiellement des errements individuels qui ternissent le début de saison (problème d’alignement d’Hérelle contre Strasbourg et Nantes, manque d’agressivité de Duverne face à Nantes et Angers, ou relance coupable de Larsonneur vs Lorient). Les buts concédés face à Angers, Strasbourg et même Lorient relèvent exclusivement d’errements individuels, comme les ratés offensifs face à Marseille et de nouveau Angers. Ce qui est plutôt, là aussi, porteur d’espoir. Car on peut supposer que ces errements vont finir par s’estomper au fur et à mesure de la saison, notamment chez les joueurs d’expérience comme Christophe Hérelle et Gaëtan Charbonnier.

Mieux encore : si ces mauvaises performances individuelles devaient malheureusement perdurer, Olivier Dall’Oglio a l’avantage d’avoir du choix. Les performances de Christophe Hérelle sont ainsi particulièrement décriées aussi parce que Brendan Chardonnet pousse au quotidien pour obtenir une chance de devenir titulaire. De même, peu de clubs du bas de tableau peuvent se vanter de devoir choisir entre Irvin Cardona, Romain Philippoteaux et Franck Honorat pour réaliser des changements offensifs. Malheureusement, ce qui est un luxe semble se transformer en épine dans le pied du collectif brestois – nous y reviendrons.

Il faut évidemment aussi évoquer la question du départ d’Ibrahima Diallo, dans les dernières heures du mercato. S’il était assurément le meilleur joueur de l’effectif, le groupe semblait suffisamment fourni au milieu de terrain pour le remplacer (M’Bock, Lasne, Battocchio, Magnetti en plus de l’indéboulonnable Belkebla). Ce jugement paraît pour l’instant présomptueux, aucun de ses remplaçants n’ayant su se mettre au niveau de l’ancien Brestois – mais du temps doit être accordé à ce poste pour quantifier la perte sportive que représente ce départ.

Offensivement séduisant, défensivement plus inquiétant

Un autre motif d’espoir dans la lutte pour le maintien : le collectif brestois a montré à plusieurs reprises sa supériorité sur les équipes adverses. Le FC Lorient a pris ni plus ni moins qu’une leçon à Francis Le Blé, le Dijon FCO n’a pas vu le jour à domicile, et même l’Olympique de Marseille a semblé dépassé face au dynamisme du collectif finistérien. Ce n’est pas un hasard si le Stade Brestois était dans les équipes frappant le plus au but lors des six premières journées de championnat.

Offensivement séduisant, Brest sait aussi se montrer hermétique, à l’occasion, même si les deux dernières prestations ponctuées de six buts encaissés tendraient à le faire oublier. On pense évidemment à la réception de Monaco, conclue par un hold-up en bonne et due forme, mais également à celle du FC Lorient où les Morbihannais n’ont existé que sur des erreurs individuelles brestoises. Même lors de la débâcle strasbourgeoise il est difficile de dégager une responsabilité collective : les Alsaciens frôlent le 100% de réussite sur leurs occasions, et se sont contentés de tirer profit de maladresses individuelles. Un constat qui semble se répéter semaine après semaine.

Esprit de combat es-tu là ? 

Si le maintien semble un objectif largement atteignable par l’effectif Brestois, encore faut-il que le groupe soit doté d’un esprit combatif. C’est ce point qui inquiète particulièrement les suiveurs ces dernières semaines. Si les voisins du FC Lorient, a priori plus faibles, se font violence et puisent depuis quelques semaines dans leurs ressources mentales et tactiques pour redresser la situation, cela ne semble pas être le cas du côté du SB29. C’est même l’impression inverse qui se dégage : une incapacité à réagir, à s’adapter et à se confronter aux problèmes. On pense ainsi à l’attitude de joueurs qui semblent accepter trop facilement la fatalité d’un but encaissé. Mais on perçoit aussi un inquiétant manque de réactivité tactique. La réception de Strasbourg a été, sur ce point, particulièrement révélatrice : de la première à la dernière minute, les Alsaciens n’ont pas eu à changer d’un iota leur manière de jouer. Un garçon comme Jean-Ricner Bellegarde a ainsi pu dicter le jeu alsacien de la première à la dernière minute sans que les locaux ne tentent de l’arrêter. Ce manque de réaction tactique est-il imputable aux joueurs ou à l’entraîneur ? Probablement un peu des deux.

Au-delà du comportement technique et tactique de l’équipe sur le terrain, des interrogations commencent à apparaître sur la vie du groupe brestois. L’interview donnée par Olivier Dall’Oglio réalisée par le Télégramme le 25 Octobre dernier a confirmé les signaux négatifs qui transpiraient déjà depuis plusieurs semaines sur la pelouse, notamment un manque certain de solidarité. La gestion d’Irvin Cardona, joueur clef la saison passée, et de Franck Honorat, recrue phare de cet été, pose particulièrement question. Les torts sont probablement partagés : si l’entraîneur sent la nécessité de rappeler à l’ordre les deux joueurs, c’est que ceux-ci ne font pas le nécessaire. Mais faire rentrer ces deux joueurs lorsque son équipe est déjà hors du match était-ce leur donner une vraie chance de se relancer ? Et quel message transmet-il lorsqu’il fait rentrer Romain Philippoteaux en premier face à Angers, moins de 48heures après son arrivée à Brest ?

Redressement à Rennes ?

Cette gestion de groupe difficile ne semble malheureusement pas se cantonner au seul secteur offensif. La nouvelle titularisation de Christophe Hérelle face à Strasbourg a été difficilement reçue par le public brestois, et il est difficile d’imaginer Brendan Chardonnet accepter de rester sur le banc à contempler le néo-Brestois enchaîner les bévues. Pourtant, c’est une remise en place plutôt sévère qui a été énoncée par Olivier Dall’Oglio lors de cette fameuse interview précédant la réception de Strasbourg. Encore plus flagrant : la gestion du poste d’arrière droit. Si Ronaël Pierre-Gabriel donne pleine satisfaction lorsqu’il est disponible, ses pépins physiques réguliers conduisent l’entraîneur à devoir arbitrer entre Ludovic Baal et Julien Faussurier. Si les deux sont en manque chronique de temps de jeu, Ludovic Baal n’a presque jamais joué à droite… Et c’est pourtant lui qui a eu la préférence du coach face à Nantes. Un choix difficilement compréhensible – et visiblement mal accepté par une partie de l’effectif –  qui s’est traduit par une performance compliquée du gaucher.

De manière plus générale, c’est la responsabilité d’Olivier Dall’Oglio qui commence à être mise en cause. Si les bons résultats étaient indissociables de son approche, les difficultés actuelles rencontrées par le club brestois ne peuvent être dissociées de ses choix et de sa récente gestion de son effectif. Une situation qu’il a déjà pu connaître la saison passée, notamment en janvier, et qu’il avait réussi à négocier par une réorganisation tactique et un pragmatisme accru. C’est en mettant l’accent sur les efforts défensifs et collectifs que le coach brestois avait remis la tête de son équipe à l’endroit. Un changement qui avait d’ailleurs pris place lors d’un déplacement à… Rennes, où le SB29 avait arraché un point. Bis repetita ?

Yann (Brest On Air)

Laisser un commentaire