8 mars 2021

Foot Breizh

Actualité du football breton

Stade Rennais : Tait d’union

Arrivé avec une étiquette d’ailier gauche, Flavien Tait commence à s’imposer en recours dans l’entre-jeu, où son influence se révèle bien plus prépondérante. Décryptage de ses récentes performances.

C’est face à Monaco (4e journée) qu’on a pu avoir un premier échantillon du nouveau registre de Flavien Tait. Tout du moins, en match officiel. Car Julien Stéphan avait déjà testé l’ex-Angevin en milieu relayeur lors de la campagne de pré-saison. Ce qui a sans doute séduit l’entraîneur rennais : sa technique sûre dans une zone où les pertes de balle peuvent coûter très cher, et sa vivacité pour s’engouffrer dans les espaces laissés libres. «C’est vrai que je me suis révélé sur un côté, mais j’aime bien évoluer au cœur du jeu, où je peux faire la transition et me projeter» considère d’ailleurs l’intéressé. Lancé dans le bain en fin de match contre Monaco, l’ancien Angevin s’est, en tout cas, immédiatement signalé par une action tout en vitesse et percussion. A la lutte avec Onyekuru, il remontait le terrain de la ligne médiane à la surface de réparation, fixant ainsi la défense monégasque et ouvrant des lignes de passes.

Dans l’image ci-dessus, tous les joueurs adverses concentrent leur attention sur Flavien Tait. Del Castillo à droite n’est pas dans le sens du jeu mais peut se positionner au deuxième poteau pour réceptionner un éventuel centre dans la continuité de l’action. Martin Terrier, quant à lui, a tout le temps d’attaquer la surface de réparation dans le dos du défenseur qui ne le voit pas arriver. Le milieu rennais choisira cette option et servira Terrier dans de bonnes conditions qui pourra frapper au but, même si sa tentative ne sera pas cadrée.

Des passes clés, Flavien Tait commence à en faire sa spécialité. Avec neuf passes amenant au tir d’un de ses coéquipiers, il est même le meilleur Rennais dans l’exercice en Ligue 1. Il en est d’ailleurs déjà à la moitié de son total de passes clés sur toute la saison passée en 390 minutes de jeu toutes compétitions confondues. Et quand les possibilités de passes sont trop restreintes, le numéro 20 n’hésite pas à prendre des risques comme lors de cette action en début de match sur la pelouse de Dijon.

Libre au moment de la passe de Romain Del Castillo, le pressing Dijonnais va se refermer très vite sur Flavien Tait, alors que l’ailier n’a pas le temps de revenir dans l’espace libre pour être en soutien de son coéquipier.


Mais grâce à sa vivacité et sa finesse technique -un contrôle orienté et deux crochets- il élimine les trois joueurs qui le cadrait mais aussi Didier Ndong venu le presser.

Wesley Lautoa tente de stopper son offensive, mais la vitesse du Rennais l’empêche d’intervenir au risque de commettre une faute dangereuse. Flavien Tait peut alors aller provoquer dans la surface. Les cinq autres Dijonnais dans la surface sont happés et ne regardent plus autour d’eux, laissant Benjamin Bourigeaud complètement seul devant la surface de réparation. Tait lui passe le ballon. Les Dijonnais sont en retard, Bourigeaud a le temps d’armer sa frappe qui sera cadrée mais dégagée par le gardien en corner.

Véritable liant entre le milieu et l’attaque, Tait est devenu recours intéressant pour l’entre-jeu rennais, surtout en Ligue 1, par ses projections, sa qualité de passe, comme sa capacité d’élimination. Un milieu dans lequel il semble s’épanouir au fur et à mesure des rencontres et dans lequel il est plus facilement trouvé par ses coéquipiers. Habile pour s’intercaler entre les lignes, Flavien Tait sait offrir une solution au porteur du ballon. Pas toujours servi malgré un bon positionnement comme lors de son entrée face à Krasnodar à la place de Bourigeaud (69e), le relayeur touche de plus en plus de ballons : 89 face à Angers (son total le plus élevé cette saison) contre 66 face à Dijon. Autre chiffre qui illustre son influence, Flavien Tait a été face à Angers le troisième joueur à être le plus ciblé par les passes de ses partenaires, derrière les habituels Nzonzi et Aguerd.

Lucide sous pression 

Sa disponibilité entre les lignes lui permet aussi de recevoir le ballon dans de bonnes conditions et d’orienter le jeu vers l’avant. Avec force et précision, il est aussi capable de renverser le jeu. Face au SCO vendredi soir, il est même le Rennais a avoir réussi le plus de transversales, à égalité avec Adrien Truffert (4). Il a bien exploité cette qualité dans le jeu long en tentant 29 passes longues (plus de 25 mètres) pour en réussir 25. Mais c’est sur les passes dites moyennes (entre 5 et 25 mètres) que Flavien Tait s’est montré le plus efficace : 52 tentatives et un taux de réussite de 96,2%. Sans surprise, c’est le taux le plus élevé du onze titulaire. Un chiffre intéressant à mettre en corrélation avec le nombre de pressions subies puisqu’il est, là aussi, le Rennais numéro un avec 18 passes réussies sous pression. Une médaille d’or déjà récupérée à Dijon avec, cette fois, 15 passes réussies sous pression.  Face à Angers, où il a surnagé lors du premier revers de la saison des Rouge et Noir, le joueur de 27 ans a aussi récupéré sept ballons, plus que Nzonzi et Camavinga ensemble (deux chacun). Une capacité  à ratisser qui plaide aussi en faveur de son replacement au milieu.

Sur cette situation, après une remise de la tête de Steven Nzonzi. Mangani presse Flavien Tait une nouvelle fois mais le milieu breton va réussir à se retourner pour servir Adrien Hunou, bien positionné dans un espace libre. S’en suivra une phase de possession rennaise de 50 secondes où l’ex-Angevin interviendra deux fois : une première dans un jeu en triangle avec Hamari Traoré et Jérémy Doku ; une seconde fois à la réception du centre d’Adrien Truffert que le relayeur expédiera sans contrôle dans les gants de Bernardoni. Le portier angevin ne réussira pas à capter le ballon et Hunou à l’affût, marquera le but du 1 à 0.

Après une première saison où il a rarement convaincu, Tait aurait-il trouvé sa place dans l’effectif rennais en milieu relayeur hyperactif et percutant ?

Mélanie Durot 

Laisser un commentaire