26 juillet 2021

Foot Breizh

Actualité du football breton

Lorient : rechute trompeuse

Lorient a rechuté (0-1). C’est le bilan comptable de la réception de l’OM. Dans le contenu, les Merlus ont toutefois confirmé leur nouvelle cohérence.  

On ne change pas une formule qui gagne. Après avoir opté pour le 4-4-2 à Reims avec réussite, Christophe Pélissier a remis ça face à l’OM, en utilisant les mêmes hommes, mais avec un résultat inverse (0-1). Malgré la défaite, les Merlus ont bien toutefois confirmé qu’ils étaient devenus un ensemble plus consistant, même si une erreur individuelle les a plombés.

Très disciplinés sur le plan défensif, avec un axe Gravillon-Laporte rassurant, les Lorientais ont concédé peu de situations chaudes. Positionnés en bloc médian principalement, les Merlus ont même su gêner la relance olympienne via la paire d’attaquant Moffi-Hamel notamment, grâce à un mécanisme simple : lorsque l’un cadre le central en possession du cuir, l’autre marque le 6 (Kamara) en individuel.

Cela bien fonctionné et a même offert la possibilité aux Merlus de déclencher des séquences de pressing collectif haute (11’ et 12’30) donnant lieu à des récupérations haute, l’une d’elles débouchant sur une occasion (Wissa servi dans la surface à la 11’).

Réaction de la part d’AVB : les milieux de son 4-4-2 losange ont commencé à décrocher et échanger leurs positions pour donner le moins de repère possible aux Lorientais et ainsi sortir le ballon plus facilement.


Une fois cette étape passée, les Marseillais ont commencé à se procurer des occasions dans le jeu, en plus de celle sur coups de pieds arrêtés (25’). Pour rentrer dans les 30 derniers mètres merlus, les Olympiens ont utilisé une des failles du 4-4-2 lorientais : l’espace entre la défense et le milieu, dans l’inter-ligne (24’, 27’, et 29’). Toucher des joueurs dans cet espace a été relativement simple pour les Marseillais tant Laporte et Gravillon ont eu du mal à anticiper et sortir vite sur le receveur, quand la paire Abergel-Chalobah était court-circuitée.

Comme face à Reims la semaine précédente, Lorient a entamé la seconde période tambour battant, se procurant des situations (47’ & 48’30) et une grosse occasion avec Quentin Boisgard -la recrue qui monte en puissance- qui touchait le poteau suite à une récupération haute de Pierre-Yves Hamel (51’). C’était sans doute le tournant du match. Car dans leur temps fort que les Lorientais encaisseraient le seul but du match à cause d’une grosse erreur d’appréciation de Paul Nardi (54e).

Plus généralement, une certaine naïveté sur coups de pieds arrêtés fait partie des points à corriger pour les hommes de Pélissier. L’organisation en 4-4-2 a toutefois amené de la sérénité, et le pressing haut semble avoir été très bien assimilé par l’ensemble de l’équipe, au point de perturber à plus d’une reprise les Marseillais.

Devant, Lorient s’est toutefois montré un peu trop stéréotypé dans ses approches. Les Merlus ont même fini par abuser des ballons longs en fin de match, faute de parvenir à fissurer le bloc olympien par un jeu vraiment élaboré. Mais des affinités techniques devraient se créer avec le temps entre les Moffi, Hamel -précieux dans son rôle de pivot- et autres Wissa. Malgré la défaite, Lorient semble plutôt sur la bonne voie.

Camille Coudé

Laisser un commentaire