26 juillet 2021

Foot Breizh

Actualité du football breton

Lorient gagnant et cohérent

Vainqueur pour la première fois à l’extérieur (1-3), à Reims, Lorient a surtout gagné quelques certitudes.

A force de chercher la bonne formule, Christophe Pélissier l’a peut-être trouvée en Champagne. Car plus que la victoire (1-3) dont l’ampleur repose en partie sur l’expulsion de Cassama (70e), c’est la cohérence retrouvée qui est porteuse d’espoirs pour les Merlus. Après le 4-3-3 et le 5-3-2, c’est dans un 4-4-2 que Lorient a livré sa meilleure prestation depuis son premier match de la saison, face à Strasbourg. Ce n’a pas toujours été brillant, surtout en première période, mais la discipline de l’équipe était, elle, évidente. Les Merlus ont d’ailleurs réussi une entame pleine de conviction, mais ils avaient été refroidis dans leur élan suite à une petite erreur de Gravillon et à une frappe imparable de Cassama (15e). Lorient s’est alors montré plus emprunté, mais sans se décourager ou se désordonner.

Leur entame de deuxième période fut d’ailleurs remarquable, leur pressing haut asphyxiant et logiquement récompensé par l’égalisation de Pierre-Yves Hamel (61e). Dans un rôle de pivot, le Breton a brillé, et affiché une belle complémentarité avec Moffi, convaincant pour sa première titularisation. Le Nigérian s’est même montré décisif, avec un pénalty provoqué, et transformé par Wissa (65e), avant un but de goleador à la réception d’un centre de Laurienté (80e). Alors que Grbic est resté sur le banc, l’émergence de Moffi amène de la concurrence en pointe mais offre aussi davantage de solutions à Pélissier s’il veut conserver son système à deux attaquants. Sur les côtés, Wissa a été percutant, comme de coutume, alors qu’à droite, Quentin Boisgard s’affirme. Et là aussi, le coach lorientais dispose d’alternatives de qualité avec Armand Laurienté, et Stéphane Diarra, si celui-ci accélère son acclimatation à la Ligue 1.

Saison lancée ? 

Désormais sorti de la zone rouge, Lorient peut donc voir l’avenir avec un peu plus de sérénité, même si le chantier de la défense semble toujours en cours. Si Julien Laporte a été impeccable, les deux latéraux (Mendes et Morel) ont peiné à sécuriser leurs couloirs respectifs -le premier par manque de concentration, le deuxième par manque de vitesse- alors qu’Andreaw Gravillon affiche des qualités évidentes dans le duel et le jaillissement mais semble encore manquer de sérénité. Devant eux, Laurent Abergel a été efficace, tandis que Trevoh Chalobah s’est montré volontaire mais trop souvent imprécis dans ses orientations. Face à des adversaires supérieurs à un Reims qui n’a toujours pas remporté le moindre match et terminé à neuf (Donis, 90e), Lorient devra sans doute recourir aux Le Fée, Marveaux, Monconduit, ou Lemoine, ces deux derniers entrés en jeu dans le dernier quart d’heure. Une simple victoire, même à l’extérieur, ne peut pas faire basculer Lorient dans l’optimisme béat, mais on a peut-être assisté en Champagne au début d’un redressement. Au véritable lancement de la saison des Merlus ?

Thomas Goubin

Laisser un commentaire