7 mai 2021

Foot Breizh

Actualité du football breton

Guingamp : le bilan du mercato

Très agité en coulisse (changements d’entraîneur puis de président, éviction du directeur sportif), le mercato l’a aussi été pas mal dans le vestiaire avec sept arrivées, trois retours de prêt, et un effectif de trente joueurs qui paraît plus quantitatif que vraiment qualitatif… Le point, ligne par ligne.

Les gardiens : le coup de balai

Marc-Aurèle Caillard, le titulaire de la saison dernière, a récupéré un banc de Ligue 1 au FC Metz. Théo Guivarch, le portier remplaçant, est parti lui aussi tenter sa chance comme titulaire à Rodez. L’un comme l’autre n’ont laissé que peu de regrets dans les Côtes d’Armor : le premier a cruellement manqué de régularité et a montré ses limites (notamment dans le jeu au pied), tandis que le second n’est pas parvenu à prendre sa chance quand elle s’est présentée au sein du club où il a achevé sa formation (alors qu’il sortait d’un prêt convaincant en N1 avec Cholet). Sont arrivés pour leur succéder respectivement Nicolai Larsen, en provenance de Nordsjaelland au Danemark, et Enzo Basilio, des voisins finistériens de Concarneau. De ce qu’il a montré depuis le début de saison, le Danois inquiète énormément avec plusieurs buts encaissés dont il est directement responsable. Malgré deux clean sheet de suite réussis face à Pau puis Grenoble, le successeur désigné des Lössl et Johnson – précédents transfuges scandinaves à son poste – pourrait vite laisser sa place de titulaire à Basilio, qui a laissé de très bons souvenirs chez les Thoniers. Mais l’exemple Théo Guivarch montre que parfois, la marche apparaît trop haute entre le National et l’étage au-dessus…

La défense : du bricolage

Difficile d’y voir clair sur l’état des troupes en défense, avec deux centraux actuellement sur le flanc : Felix Eboa Eboa, gravement blessé sur la pelouse de Nancy fin août, et Philipe Sampaio, l’une des recrues de l’été arrivé en provenance du Portugal, qui n’a pu jusqu’à présent disputer qu’une rencontre avant de manquer les cinq suivantes. Difficile, donc, de juger des débuts du Brésilien en France, mais son apparente autorité naturelle pourrait être un atout dès lors qu’il sera remis sur pied. En attendant, Mecha Bazdarevic doit bricoler avec le prometteur Sikou Niakaté et le vétéran Jérémy Sorbon, qui dépanne comme il peut. La tentative d’installer une défense à trois centraux voulue par Sylvain Didot semble déjà enterrée, ne serait-ce qu’en raison d’un effectif trop juste dans l’axe… Sur les côtés, si Jérémy Mellot a été logiquement confirmé titulaire à droite, le flanc gauche est de nouveau occupé par le revenant Pedro Rebocho, dont le non-départ de l’EAG apparaît comme une forme de désaveu. Le Portugais, revenu d’un prêt à Besiktas, ne semble plus avoir la cote qu’il avait il y a encore un an lorsque la rumeur l’annonçait notamment à Marseille. Sa doublure est une autre recrue : le Belge Logan Ndenbe, qui a montré de belles promesses lors de la préparation.

Le milieu : un empilement

Difficile d’y voir clair dans l’entrejeu guingampais, entre les blessures (Phiri, Ba), les retours de prêt (Livolant, Fofana), une recrue tardive (Romao) et un écarté de longue date (Valdivia). Il faut ajouter à ce décompte un enfant du club encore un peu tendre (Carnot, fils de) et – heureusement – deux éléments plutôt fiables : le polyvalent Bryan Pelé et surtout le talentueux Youssouf M’Changama, l’une des seules vraies bonnes pioches de la cellule recrutement du club sur les derniers mercatos. Dans ce cœur de jeu si important, difficile de dégager un quatuor fiable pour démarrer un match malgré le nombre important de postulants. La satisfaction de l’été vient de Jérémy Livolant, dont on peut se demander pourquoi on ne lui a pas donné sa chance plus tôt au sein de son club formateur… On n’en dira pas autant d’un autre revenant, Guessouma Fofana, toujours aussi peu fiable.Le dernier arrivé Aleixys Romao, en revanche, s’est déjà rendu utile. Mais l’ancien Rémois de 36 ans, dont le recrutement a été souhaité par Sylvain Didot, le prédécesseur de Bazdarevic sur le banc, pourrait ne pas tenir physiquement toute une saison.

L’attaque : la lumière dans le money time

Il faut reconnaître une circonstance défavorable à Guingamp : les blessures n’épargnent pas une équipe sur qui tous les malheurs semblent s’abattre depuis maintenant plus de deux ans. Frantzdy Pierrot, le bonne surprise offensive de la saison dernière, s’est fait les croisés en février dernier et a eu une convalescence compliquée depuis. Annoncé partant, Yeni Ngbakoto est finalement resté et montre par intermittence qu’il peut avoir le niveau pour jouer le haut de tableau de L2. Yannick Gomis, lui, stagne voire régresse, marqué par un terrible manque de confiance face au but. Avec l’énigmatique Ronny Rodelin qui semble s’évaporer, et le pari pour l’instant manqué de recruter Paul-George Ntep (qui n’a encore rien pu montrer des fabuleux coups de rein de l’époque rennaise), la seule éclaircie était jusqu’à présent venue du jeune Matthias Phaëton, auteur de deux jolis réalisations. Un renfort est finalement arrivé sur le tard : Gaëtan Robail, qui doit apporter sa fraîcheur et son enthousiasme à un effectif qui en manque tant. Même si ce prêt sans option d’achat prouve une nouvelle fois combien Guingamp navigue actuellement à vue, sans trop de vision long-termiste, laissant le sentiment d’une improvisation permanente.

Régis Delanoë

Laisser un commentaire