9 mars 2021

Foot Breizh

Actualité du football breton

FC Lorient : un point qui rassure

Concentré sur ses tâches défensives, Lorient s’est rassuré face à Lyon (1-1). Les hommes de Christophe Pélissier n’ont même pas été loin de réussir le coup parfait.

Christophe Pélissier avait mis les moyens pour parvenir à ses fins. Désireux de stopper une série de trois défaites de rang avec plus de deux buts reçus en moyenne, l’ex-coach d’Amiens s’était décidé pour un 5-4-1 plus sécurisant, et les Merlus ont répondu à ses attentes. L’équipe morbihannaise a ainsi longtemps réussi à fermer le chemin de son but, et a même fini par prendre les Lyonnais à revers quand Yoane Wissa faisait vibrer le Moustoir d’une frappe claquée sous la barre (63e). La conclusion d’un des rares contres à négocier pour les locaux, où Pierre Yves-Hamel a réalisé ce qu’on attend d’un pivot, en conservant le ballon dos au but aux trente mètres avant d’adresser une passe en profondeur d’école au meilleur buteur des Merlus.

Pélissier aurait-il trouvé la formule ? Sa défense à trois axiaux (Fontaine-Morel-Laporte) a, en tout cas, permis à Lorient de se prouver qu’il pouvait se montrer imperméable, ou presque, en Ligue 1. Dominé, et même acculé dans son camp en première période, les locaux n’ont ainsi concédé que très peu d’occasions. Et quand un Lyon peu inspiré parvenait à trouver un peu d’espace, il y avait toujours un Morbihannais pour jaillir. Morel, Abergel, et consorts, regardaient tous dans la même direction, au point même de manquer de clairvoyance les rares fois où il fallait porter son regard vers le camp adverse, avec un déchet important dans les transmissions. Ce défaut serait toutefois gommé lors du second acte avec le bel apport de Thomas Monconduit, qui avait remplacé Enzo Le Fée, blessé en fin de première période. Après avoir ouvert son compteur but dès sa première entrée en jeu la semaine précédente à Brest, l’ex-Amiénois aux près de 90 matches en Ligue 1 a apporté sa sérénité et sa clairvoyance aux Merlus.

« Une vraie équipe »

Avant cela, Pélissier avait aussi dû s’adapter à la sortie d’Adrian Grbic, touché à la cheville dès la 15e minute. Compact, solidaire, Lorient n’a pas été loin de rendre une copie parfaite, prouvant qu’il avait compris ce qu’il lui manquait pour mieux figurer en Ligue 1. Mais il y eut cette 75e minute, quand Léo Dubois a surpris Vincent Le Goff en repiquant de son côté gauche vers l’axe, avant de prendre de court la défense centrale. Comme l’a toutefois souligné Pélissier, Lorient aurait «signé» pour un tel résultat avant le coup d’envoi. «Il y a des jours où il faut être un peu plus pragmatique, considérait l’entraîneur des Merlus, qui voit dans l’attitude de ses hommes, plus que dans le changement de système, la clé de la réaction lorientaise, on a un peu fermé la boutique, car on en avait besoin pour se rassurer mentalement.» «On a retrouvé une vraie équipe qui se battait les uns pour les autres, se félicitait, de son côté, Julien Laporte, même s’il faut qu’on fasse mieux avec le ballon, mais il faut s’appuyer sur ce qui a marché». Pour mieux repartir de l’avant Lorient a su assurer ses arrières.

L’homme du match : Yoane Wissa

Depuis le début de préparation, il est évident que la vitesse de l’ex-Lavallois serait un atout majeur de l’attaque lorientaise, mais il sautait tout autant aux yeux qu’un certain manque de réalisme pouvait raturer ses prestations. Dans le 5-4-1 de Pélissier, le natif du Val-de-Marne s’est acquitté avec générosité de ses tâches défensives, mais a aussi montré qu’il pouvait se montrer tout aussi décisif qu’en Ligue 2. Il a même allié ces deux vertus à la 63e minute, en allant gratter un ballon dans l’entre-jeu, avant de signer un sprint qui lui permettait d’être trouvé à l’entrée de la surface par Hamel, avant de déclencher une frappe aussi spontanée qu’imparable. L’attaquant qui n’avait disputé que deux matches dans l’élite avant cette saison -à Angers, en 2016-2017- totalise déjà trois buts en cinq matches. Pas mal du tout.

Laisser un commentaire